Page1899x346 Min

La fête des fleurs et de banh tet à Hô Chi Minh-Ville 

'Suivant vos dates d'arrivées'

Nos images originales sont agrandissables

La fête des fleurs et de banh tet La fête des fleurs et de banh tet La fête des fleurs et de banh tet La fête des fleurs et de banh tet

La fête des fleurs et de banh tet La fête des fleurs et de banh tet La fête des fleurs et de banh tet La fête des fleurs et de banh tet

La fête des fleurs et de banh tet La fête des fleurs et de banh tet

La manifestation se passe dans les avenues Lê Loi et Nguyên Huê, mettant l'accent sur les caractéristiques du Têt traditionnel dans le Sud.

600 EXPOSANTS, environ 100 000 pots de fleurs donneront un tableau coloré du Têt. Il y aura aussi des lampes et de la musique d'ambiance, comme chant des ruisseaux et des oiseaux.
Différentes zones sont proposées. Celle intitulée "Le jardin des abricotiers de l'Oncle Hô" verra des abricotiers disposés autour de la statue du Président Hô Chi Minh. Dans le secteur "Suivre le chemin des pierres", sur un fond floral, des images et objets décoratifs, symboles de l'Année du Cochon, retraceront le processus de fondation et d'édification du pays. Dotée de fleurs de Dalat, d'objets en céramique et de cerf-volants, la zone "Fleurs de la terre, printemps du ciel" présentera la force vitale du printemps. Au lac "Souhait du bonheur", les gens pourront aider les démunis en y jetant des sous pour souhaiter le bonheur et la paix à tout le monde. "Le voyage printanier" est une invitation à attendre le printemps, via les roues des chars à bœuf, de petits bateaux et des ponts en bambou. Les champs, les chemins du village et des jeux folkloriques donneront naissance à la zone "Souvenir" dans l'avenue Nguyên Huê. Enfin, "Sur la voie de l'intégration" présentera aux visiteurs le désir d'intégration internationale symbolisé par des images de carpes se transformant en dragons.
La fête de banh tet (bûche de riz gluant) sera organisée le 18 février dans la rue Lê Loi et transmise en direct sur la Télévision de Hô Chi Minh-Ville. Au cours de cette journée, un record Guinness Vietnam sera établi avec 2 banh tet d'un poids de 3,5 t préparés par les employés du parc culturel de Dâm Sen. Après leur procession du parc Dâm Sen au Théâtre municipal, ces 2 bûches seront divisées pour les visiteurs. Seront aussi organisées diverses activités culturelles, avec musique et danse de licorne.

La fête du Têt, le nouvel an vietnamien

images tet

Le 22 janvier, selon le calendrier chinois, nous entrerons dans l’année du Singe. Pour les Vietnamiens, le passage au nouvel an chinois est l’occasion d’une célébration particulière, la fête du Têt, au cours de laquelle les esprits des ancêtres reviennent sur terre le temps d’une unique journée. Au Vietnam et partout où réside sa diaspora, on fête l’événement à grand renfort de fleurs, de pétards et de banh chung. Petit tour d’horizon du nouvel an vietnamien…

Des chiffres et des bêtes

Depuis la nuit des temps, les Vietnamiens (inspirés des coutumes chinoises) et de nombreux peuples d'Asie (influencés aussi au cours de l'histoire par les traditions de l'Empire du Milieu) ont pris l'habitude de calculer le temps qui passe selon un calendrier lunaire basé sur l'astrologie chinoise. D'après celle-ci, les années sont identifiées par des noms d'animaux réels ou mythiques (cochon, rat, chien, cheval, serpent, dragon…) et non par des numéros (2002, 2003, 2004…), comme c'est le cas en Occident. Difficile d'imaginer deux traditions si différentes, et pourtant l'Extrême-Orient et l'Occident ont un point commun : la sempiternelle référence aux astres. Quoi de plus sûr que des astres ! Ceux-ci ne sont-ils pas la garantie de l'immensité du Temps ? Même Jules César fit réviser le calendrier romain par un astronome qui établit le calendrier julien, utilisé jusqu'en 1582, date à laquelle le pape Grégoire XII le corrigea donnant naissance au calendrier grégorien. C'est ce dernier que l'Europe, puis le Nouveau Monde ont adopté avant de le transmettre au reste de la planète, Chine et Vietnam inclus.
C'est ainsi qu'aujourd'hui des pays d'Extrême-Orient, de tradition bouddhiste, ont adopté le vieux calendrier grégorien universel qui s'est superposé (sans l'exclure) au vieux calendrier chinois. Les deux calendriers cohabitent aujourd'hui sans heurts, comme le ying et le yang, en somme. On peut le dire : le premier est technique et pratique, le second est culturel et spirituel. Ils se complètent bien. Même si le 1er janvier est fêté à Pékin comme à Paris, à Hanoi comme à Madrid, le vieux calendrier chinois est toujours respecté et honoré quelques semaines plus tard. Cette année le nouvel an chinois sera fêté le 22 janvier 2004. Pour les joyeux fêtards, voici l'occasion de célébrer deux fois le nouvel an, de faire deux fois la fête dans le même mois !

Le rythme de la Lune

Ainsi le 21 janvier 2004, à minuit, des millions de Chinois, de Vietnamiens, et d'Asiatiques vivant en Asie ou éparpillés dans le monde fêteront ce changement. Ils célèbreront l'entrée dans l'année du Singe, un animal symbole d'intelligence, dit-on. Le 22 janvier sera donc le premier jour de l'année (chinoise et vietnamienne). Tous les Asiatiques suivent-ils cette coutume ? Non, les Laos et les Khmers obéissent à un autre calendrier. Pour affirmer leur identité, les Vietnamiens ont personnalisé ce nouvel an chinois, en l'appelant le nouvel an vietnamien. Celui-ci est calqué sur la coutume chinoise et l'occasion d'une très grande fête, la plus grande fête qui soit dans le calendrier du Vietnam. Elle commence avec la première lune, quand le soleil pénètre dans le signe des Poissons, soit entre le 20 janvier et le 19 février. Chaque année la date change, sans jamais sortir de cette limite. Au Vietnam, la fête du Têt marque également l'arrivée du printemps, d'où son nom vietnamien qui signifie « fête de la première aurore ». Aujourd'hui comme autrefois « pauvres et riches s'arrangent pour suspendre leurs travaux habituels et s'adonner aux réjouissances ».

La plus grande fête du calendrier vietnamien

Les Vietnamiens en profitent pour prendre leurs vacances à ce moment-là : trois jours fériés, mais beaucoup prennent une bonne semaine (et même plus). À Saigon, à Hanoi, à Hué, partout, les bureaux de l'administration ferment leurs portes, les hôtels affichent complet, les transports publics sont noirs de monde. Le premier jour du nouvel an vietnamien s'accompagne de pratiques particulières. Dans les pagodes, du santal brûle dans les encensoirs. À Hanoi, à Saigon, à Paris (dans le quartier chinois du 13e arrondissement), à San Francisco, les curieux peuvent admirer la procession du dragon. Fait de carton et de tissu rouge (une couleur bénéfique), le corps de cet animal mythique vénéré en Asie (il est symbole de force et de puissance) peut mesurer jusqu'à 40 m de longueur. Il est souvent porté par un groupe d'hommes dont on ne voit que le bas des jambes. Pas de nouvel an chinois ou vietnamien, sans cette danse du dragon.
La fête du Têt est le grand moment de l'année vietnamienne, le seul, selon la tradition, où les âmes des morts reviennent sur terre. Pas question de rater pareil rendez-vous avec les esprits des ancêtres. Les vivants doivent impérativement être présents pour les recevoir dignement, debout devant l'autel des ancêtres, l'air grave si possible. Dans chaque maison vietnamienne (ou appartement), dans chaque village, l'autel des ancêtres constitue le centre de gravité spirituel de la famille, du clan, de la lignée. Il consiste en un meuble plus ou moins important, où sont exposées à longueur d'année quelques photos des parents défunts (parfois jusqu'aux arrière-arrière-grands-parents), des bâtonnets d'encens, des coupelles contenant des fruits et des objets chers aux défunts. Plus la famille est aisée, plus l'autel est imposant. Dans certains villages, les villageois se cotisent pour édifier une maison dédiée au culte des ancêtres, ouverte à l'ensemble de la communauté (nos ancêtres les Romains n'avaient-ils pas aussi une pièce spéciale consacrée aux dieux lares et aux ancêtres ?). Un voyageur français le notait déjà vers 1875 : « L'Annamite n'a qu'une seule croyance, une seule foi : son véritable culte est celui des ancêtres dont les mânes veillent sur sa famille et la protègent. Le renouvellement de l'année est célébré par une grande fête, dont les morts sont l'unique objet ».

Le voyage des âmes des ancêtres

Bien que vivant hors du temps, les ancêtres sont ponctuels : l'heure c'est l'heure. À minuit pile, dans la nuit du 21 au 22 janvier 2004, leurs âmes arriveront sur terre. Leurs descendants doivent préparer au mieux leur accueil. Les maisons doivent être soigneusement rangées, les pièces balayées, les meubles dépoussiérés. Des longs papiers rouges avec des caractères noirs sont souvent accrochés à l'extérieur pour égayer le décor. Rien n'est trop beau pour recevoir les âmes des ancêtres. Pendant longtemps, les Vietnamiens faisaient exploser en rafale des pétards pour chasser les mauvais esprits. Cette pratique n'a pas tout à fait disparu, bien qu'elle soit officiellement interdite par le gouvernement vietnamien en raison des nombreux accidents mortels survenus dans le passé.
À défaut de pétards, il reste les fleurs. Avant et pendant le Têt, les marchés débordent de fleurs. Les plus achetées sont au Sud les branches d'abricotier (canh maï) aux fleurs jaunes, et au Nord les branches de pêcher (canh dào) aux fleurs roses. Les familles se réunissent à la maison. Les parents, les proches et les amis se rendent visite. Les femmes confectionnent le banh chung, un délicieux gâteau de riz gluant, garni d'une farce composée de viande de porc, de haricots écrasés, le tout arrosé d'une sauce de soja ou de nuoc mam, la sauce nationale à base de saumure de poisson.

À faire et à ne pas faire

Le jour du Têt, il y a des choses à faire et d'autres à éviter, question de croyance et de superstition. La première personne qui franchit la porte d'une maison ne doit pas être n'importe quel bon à rien, mais une personne agréable, sympathique et fortunée si possible, car celle-ci apportera prospérité et bonheur au foyer visité, pendant les 365 jours qui suivent. Si on frappe donc chez vous le 22 janvier à l'aube, demandez bien qui est là avant d'ouvrir. Si c'est votre pire ennemi, celui qui a tout raté et vous porte la poisse, n'ouvrez surtout pas !
D'autres conseils encore : évitez de vous quereller et de jurer. Pour les couples au bord de la crise de nerfs : il est interdit de casser de la vaisselle surtout si celle-ci est de la porcelaine de Hué !
Selon l'astrologie chinoise, sont du signe du Singe les personnes nées : entre le 25 janvier 1944 et le 12 février 1945, entre le 12 février 1956 et le 30 janvier 1957, entre le 30 janvier 1968 et le 16 février 1969, entre le 16 février 1980 et le 4 février 1981 et entre le 4 février 1992 et le 22 janvier 1993.

Où fêter le Têt en région parisienne ?

- Chaque année, le nouvel an chinois est l’occasion de défilés hauts en couleur, notamment dans le 13e arrondissement de Paris, avenue de Choisy. Mais l’entrée dans l’année du Singe a ceci de particulier qu’elle se déroule pendant l’année culturelle de la Chine en France. Pour marquer l’événement, les traditionnels défilés auront lieu comme d’habitude dans le 13e, pendant toute la semaine suivant le nouvel an, mais un défilé du dragon exceptionnel descendra les Champs-Élysées samedi 24 janvier, à partir de 14 h, avec moult chars, marionnettes et plus de 5 000 figurants.
 
- Le 24 janvier également, L’association générale des étudiants vietnamiens de Paris organise à Issy-les-Moulineaux son Festival du nouvel an vietnamien, dans le Palais des arts et des congrès, qui accueille chaque année le Festival des globe-trotters d’ABM. Dans l’après-midi, produits artisanaux, démonstrations artistiques et d’arts martiaux, chants traditionnels, etc. Puis en soirée, un spectacle de chants, danses et théâtre (entrée : de 14 à 21 €) précédera un grand bal qui durera jusqu’à l’aube (entrée : 16 €). Renseignements et billetterie auprès de l’association, tél. : 01-45-88-74-70.
 
- Le 31 janvier, rendez-vous au siège de l’Unesco pour une grande fête du Têt organisée par l’Union générale des Vietnamiens de France (UGVF). À partir de 20 h 30, soirée musicale folklorique, avec buffet et bar. Unesco, 7, place de Fontenoy, 75007 Paris. Entrée : 20 € sur place, 25 ou 30 € sur réservation (conseillée !). Renseignements auprès de l’UGVF, tél. : 01-42-72-39-44.

- Bureau d’information Vietnam et Actions-visas

69, rue de la Glacière, 75013 Paris. Tél. : 08-92-70-77-10. Internet : www.cap-vietnam.com. Ouvert du lundi au vendredi de 9 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 18 h 30, et le samedi de 9 h 30 à 13 h. Ce bureau, tenu par des Vietnamiens parlant un français impeccable, sert d’office de tourisme du Vietnam à Paris. On y délivre toutes sortes d’informations utiles sur le pays, et l’on pourra éventuellement vous renseigner sur la fête du Têt à Paris.
- Pour connaître toutes les manifestations organisées à l’occasion de l’année de la Chine en France, rendez-vous sur le site internet www.anneedelachine.org.
- En plus d’infos culturelles et pratiques sur l’Asie, le site www.eurasie.net propose une sélection de cartes de vœux virtuelles pour l’année du Singe.

 

La Cathédrale de Notre-Dame DE SAÏGON

Les Montagnes de marbre de Danang

La fête du Têt, le nouvel an vietnamien

Hoi An, l'ancienne cité de FaiFo

La fête des fleurs à Saïgon & TET

Musée de le guerre à Hô Chi Minh

Les tunnels de Cu Chi à Saïgon

 

Accès complet

Ils parlent de leur voyage avec notre agence. Nous avons un classement de N°1 sur plus de 300

Suivez-nous

 twitter-meteo-climat-au-cambodge.png    facebook-meteo-climat-au-cambodge.png    NSTAGRAM-sejour-cambodge-les-guides-du-mekong    YOUTUBE-sejour-cambodge-les-guides-du-mekong
Demandez un devis :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.